chezmonveto

Nos services

Imprimer

picto Electrostimulation neuro-musculaire

L’électrostimulation neuro-musculaire consiste à appliquer sur la peau, au moyen d’électrodes, un courant électrique qui stimule le trajet d’un nerf ou le point moteur du muscle. Selon les paramètres de la stimulation électrique, on obtient des effets plutôt antalgiques, excito-moteurs ou trophiques. Cette technique demande donc un matériel spécifique.

Les courants antalgiques dits TENS (Transcutaneous Electrical Neuro-Stimulation)
Mal connus, les courants antalgiques « TENS » ont prouvé leur grand intérêt pour traiter des douleurs aiguës ou chroniques dans différents domaines de la médecine humaine , en particulier lors d’arthrose du genou. Nous vérifions régulièrement leur efficacité dans notre pratique quotidienne de la physiothérapie des carnivores domestiques. Au moyen d’un plateau de force, on a montré une amélioration significative de la mise en charge des membres chez le chien après l’application de TENS sur des genoux affectés par des lésions d’arthrose chronique.
Deux modalités de courants TENS peuvent être utilisées chez l’animal arthrosique :
- Les TENS « gate control »
L’hyper-stimulation périphérique des fibres sensitives de grand diamètre (fibres Aβ) à fréquence élevée (en général à 80 ou 100 Hz, voire parfois 200 Hz sur des hyperalgies), inhibe, au niveau de la corne dorsale de la moelle épinière, la transmission des influx nociceptifs véhiculés par les fibres de petit calibre (Aδ et C). L’intensité du courant doit rester sous le seuil de stimulation des motoneurones (sans engendrer
de contraction musculaire). Ce type de courant génère une antalgie rapide mais de courte durée (une à quelques heures) et est surtout indiqué pour des douleurs aiguës et suraiguës.
- Les TENS « endorphiniques »
La stimulation des fibres de petit calibre (Aδ et C), à très basse fréquence (2 à 8 Hz), favorise la libération d’endorphines et d’enképhalines par l’encéphale. L’intensité du courant est alors juste au dessus du seuil de la contraction musculaire. Ils procurent une antalgie progressive et de plus longue durée (jusqu’à 8 h parfois) et sont indiqués pour des douleurs subaiguës et chroniques. La combinaison des effets des deux types de TENS peut être obtenue par des courants à fréquence variable ou grâce au mode « Burst ». Pour qu’il soit efficace, un courant TENS doit être appliqué au minimum entre 20 et 30 minutes. Electromyostimulation (EMS)
L’EMS peut s’avérer utile en physiothérapie du patient arthrosique pour :
- renforcer des muscles atrophiés par manque d’utilisation
- améliorer leur trophicité et leur résistance à la fatigue
- rééduquer un mouvement et gagner en amplitude articulaire (par des contractions alternées à amplitude contrôlée des agonistes et antagonistes)
- ou renforcer la stabilité active d’une articulation présentant une instabilité chronique.
Les stimulateurs destinés à l’EMS chez l’homme peuvent être utilisés à condition de pouvoir modifier certains paramètres pourles adapter à chaque chien. Sachant que le seuil d’activation des fibres nociceptives est abaissé chez l’animal algique, il est par exemple nécessaire de pouvoir sélectionner une durée d’impulsion suffisante pour stimuler les motoneurones sans exciter les fibres de la douleur. Cette durée d’impulsion optimale est très différente chez le chien et chez l’homme en ce
qui concerne plusieurs groupes musculaires .