chezmonveto

Nos services

Imprimer

picto Rééducation Fonctionnelle

Mettre en oeuvre une rééducation fonctionnelle, c’est se fixer l’objectif de permettre une récupération optimale d’une fonction altérée, suite à un traumatisme ou une maladie. La rééducation fonctionnelle trouve sa place dans tous les cas et s’utilise essentiellement chez le chien et le chat, mais également chez le cheval. Les animaux qui ont besoin d’un tel traitement présentent un handicap locomoteur d’origine dégénérative ou traumatique (chirurgical ou non).

Les résultats sont très spectaculaires lorsqu’on l’utilise en période post-opératoire, après une intervention sur le système locomoteur (fractures,luxation de rotule, dysplasie de la hanche, rupture de ligaments du genou, hernie discale…). Elle trouve également sa place en période pré-opératoire. Il s’agit alors de préparer l’animal à l’intervention, notamment lors de troubles anciens ayant déjà entraîné des modifications de l’appareil locomoteur et compromettant la réussite de l’intervention. C’est le cas, par exemple, des chiens à la musculature très diminuée, pour lesquels on envisage la pose d’une prothèse totale de hanche.

La rééducation fonctionnelle est également recommandée lors de  troubles locomoteurs sans indication chirurgicale, en complémentou en traitement alternatif au traitement médical.

Un protocole de rééducation fonctionnelle doit permettre de réduire le temps de récupération de l’animal tout en améliorant la qualité de cette récupération. Les objectifs thérapeutiques à atteindre sont de soulager la douleur, afin de diminuer l’inconfort ressenti par l’animal, de limiter les conséquences néfastes que l’inflammation (en phase aiguë et chronique) entraîne sur les tissus, de lutter contre les effets de l’immobilisation (amyotrophie, ankylose articulaire,…), de faciliter et orienter la cicatrisation tissulaire, de stimuler le système nerveux et les circulations sanguine et lymphatique, et de promouvoir le fonctionnement cardio-vasculaire et respiratoire.

La rééducation fonctionnelle favorise une approche globale de l’animal. En effet, un chat ou un chien boiteux a l’ensemble de son système locomoteur perturbé : en fonction de l’affection, le membre atteint présente une inflammation et une perturbation des tissus qui peut se traduire par un port et une charge modifiés. Les autres membres et les structures axiales subissent les conséquences de ces modifications. En raison de l’appui quadripodal, l’animal doit redistribuer les forces nécessaires à son soutien et à sa locomotion sur les autres membres, qui sont valides. Ainsi, lors d’une boiterie postérieure, l’animal reporte majoritairement son poids sur le postérieur controlatéral et de façon moins importante, sur les antérieurs, et inversement, lors d’une boiterie antérieure. Un défaut d’appui modifie donc la structure du membre atteint et impose sur les membres sains des contraintes supplémentaires qui peuvent être préjudiciables.

Lors d’une rééducation fonctionnelle, l’objectif est de permettre la récupération du membre atteint par une reprise d’appui précoce, tout en supprimant les surcharges des membres sains. Un plan de rééducation fonctionnelle doit rapidement intégrer la participation du propriétaire. En guidant ses gestes et en faisant un contrôle périodique, le praticien s’assure un allié essentiel à la récupération de l’animal. L’importance de son implication aura des répercussions sur la qualité de la rééducation fonctionnelle.